L'esprit des Pionniers

La ville de Mourenx est une “ville nouvelle”. Elle a été entièrement créée en 1957 pour accompagner l’aventure industrielle du bassin de Lacq, une première en France. Son destin est intimement lié au gisement de gaz naturel, envisagé pour quelques dizaines d’années.  Mais, à l’image de la reconversion industrielle du territoire, la ville de Mourenx a su se réinventer et adapter son riche patrimoine pour devenir une ville durable et rester attractive. L’histoire continue de s’écrire aujourd’hui ! 

Une première en France

En 1949, la Société Nationale des Pétroles d’Aquitaine (SNPA) découvre le gisement de gaz naturel de Lacq, après huit années de recherches. L’aventure industrielle peut alors démarrer. Plusieurs usines pétrochimiques souhaitent rapidement s’installer sur ce site.

Comment héberger rapidement des milliers d’ouvriers et leurs familles, venus de toute la France ? Les villes d’Orthez et Pau à proximité refusent la construction de quartiers pour accueillir ces nouveaux arrivants. La répartition des logements dans les villages alentours s’avère très coûteuse en termes d’équipements, de réseaux, d’assainissement.

En 1956, la SNPA s’associe à la Société Centrale Immobilière de la Caisse des Dépôts (SCIC) pour lancer un vaste programme de construction. Une ville nouvelle pour 12 000 habitants est donc construite sur un vaste terrain de la commune rurale de Mourenx (218 habitants, équivalent au quartier du Bourg aujourd’hui). 

Ce projet est alors porté par la SCIL (Société Civile Immobilière de Lacq), détenue par des fonds publics (SCIC, Caisse des Dépôts et Consignations) et privés (SNPA). Les industriels participent également à cette opération. La municipalité de Mourenx n’est alors pas associée !

Construction de la ville de Mourenx

Une prouesse technique, une ville moderne

La ville est conçue au printemps 1957 par les architectes Douillet, Maneval et Coulon, à quelques kilomètres des zones industrielles dans un environnement protégé.  Au mois de juillet, le chantier peut démarrer. Dix mois plus tard, les premiers logements sont livrés. En 1962, on dénombre déjà plus de 8 500 habitants !

À cette époque, c’est une véritable prouesse technique : rouleaux compresseurs, pelles mécaniques, immenses grues… Un millier d’ouvriers écrivent la première page de l’histoire de Mourenx, dans le bruit et la boue. 270 à 280 logements sont terminés chaque mois ! “Mourenx Ville Nouvelle” est conçue comme une ville autonome (et non comme une cité dortoir), avec sa propre administration et ses propres équipements de loisirs.

En Béarn, dans un environnement rural, la construction de cette ville est une véritable curiosité.

« Cette ville doit assurer à ses habitants le maximum de confort que peut apporter la technique moderne. Un groupement d’habitation de 12 000 âmes est une véritable cité, pas un bourg ou un gros village ; pour qu’une ville existe, elle a besoin d’un cœur, pour que le cœur vive, il lui faut une certaine densité de population que l’on peut obtenir que par les immeubles. »
Jean-Benjamin Maneval
Architecte-Urbaniste
vue avion constructionMrx
Les premiers Mourenxois se sont installés au coeur d'un vaste chantier...

Une vie sociale à inventer

Les premiers habitants arrivent au fur et à mesure de la livraison des premiers logements. On les appellera “les Pionniers”. Une rue porte toujours leur nom, devant le bâtiment A, premier habité. 

Venus d’horizons différents, ils vont apprendre à vivre ensemble et inventer une vie sociale, alors que le chantier se poursuit tout autour d’eux dans ce paysage de campagne. En quelques années, Mourenx devient une ville très animée et chaleureuse. 

Mourenx comptera ainsi jusqu’à 11 000 habitants en 1964, avant que sa population ne baisse progressivement.

VERS UN NOUVEAU DESTIN

En 1973, les industries de Lacq ont subi la première crise pétrolière. Quelques années plus tard, en 1980, l’usine Péchiney a fermé ses portes. Elle employait 5 000 personnes. Mourenx va alors perdre rapidement des habitants si bien que la population n’est plus que de 7 500 habitants en 1990. 

En parallèle, une vaste campagne de réhabilitation s’engage sur des bâtiments dégradés, construits rapidement pour accompagner l’exploitation d’une énergie fossile limitée dans le temps. 

L’importante vacance des logements permet de restructurer l’habitat pour gagner en confort, en créant des logements plus grands. Des tours et barres de logements sont aussi détruites. Les barres sont divisées en leur milieu pour réduire leur longueur qui était de 130 mètres. Des balcons sont ajoutés pour enrichir la façade, améliorer les logements et l’accessibilité.

D’importants travaux sont aussi menés sur le centre-ville, les zones commerciales, les établissements scolaires, les équipements sportifs et culturels…

Aires de jeux au pied des logements rénovés

La pyramide des âges s’est “normalisée” : les premiers Mourenxois, majoritairement de jeunes adultes, sont devenus des seniors, aux côtés des générations suivantes. 

Le paysage de la ville a profondément changé. Les démolitions ont laissé place à de vastes espaces verts. Le “verdissement” de la ville a été renforcé pour cette ville construite à la campagne. 

Les importants investissements de réhabilitation et de modernisation des équipements permettent de maintenir un haut niveau de prestations, dignes d’une ville de 20 000 habitants. 

Mourenx va désormais écrire une nouvelle page de sa riche histoire. Le bassin de Lacq reste dynamique et a su se reconvertir. De nouveaux projets d’envergure autour de la production d’énergies vertes vont naître sur une ancienne plateforme. 

60 ans après sa naissance, Mourenx se réinvente tout en conservant l’esprit des Pionniers : participer à l’amélioration de son confort de vie, s’inventer un avenir et cultiver cette grande mixité sociale qui a fait la richesse de cette ville. 

L’aventure continue…

Retour haut de page Aller au contenu principal