Nous protéger contre le moustique tigre

La ville réalise un traitement anti-larves. Deux passages ont déjà été réalisés les 5 et 22 mai par une société spécialisée. Un troisième passage est prévu mi-juin pour lutter contre le moustique tigre, grâce à l'utilisation d'un larvicide biologique.

En effet, l'action la plus efficace reste la destruction des larves. L'utilisation d'insecticides chimiques sur les moustiques n'a qu'un effet limité et la recolonisation est rapide (avec un impact négatif sur l'environnement...). 

La solution : pas de larves = pas de moustiques adultes ! Et les produits ne peuvent pas tout faire... À vous de jouer ! 

Comment éviter la reproduction du moustique tigre ?

Les femelles du « moustique tigre » Aedes albopictus pondent leurs œufs à sec et/ou à la limite des eaux stagnantes.

Lorsque les conditions climatiques sont favorables, les œufs éclosent dès qu’ils sont au contact de l’eau : ils donnent alors des larves qui, au bout de 5 à 6 jours, donnent des moustiques adultes et… piqueurs !

D’autres espèces de moustiques pondent directement à la surface des eaux stagnantes.

Les gîtes de reproduction peuvent être de taille très réduite, toujours en milieu urbain ou périurbain, jamais en milieux naturels humides ouverts :

  • creux d’arbres,
  • seaux, vases, soucoupes, jardinières,
  • écoulement de gouttières obstruées,
  • pneus,
  • bidons, bacs pour arrosage, 
  • matériels de jardin,
  • réserves d'eau,
  • boites de conserve, 
  • ... une capsule de bière peut suffire !

Alors faites la chasse aux eaux stagnantes ! Mieux encore, supprimez physiquement ces gîtes potentiels. 

  (2.1 Mo) jpg
Cliquez sur l'image pour l'agrandir 

12.05.2020